Doit-on encore faire opérer les maladies de Dupuytren ?

Nous pensons et certains chirurgiens de la main avec nous, que l'aponévrotomie à l'aiguille est le traitement de première intention de choix pour les stades I à III de la Maladie de Dupuytren, pour peu que les indications soient bien posées.

Il est toujours possible, en cas de résultat jugé insuffisant par le patient de proposer une intervention chirurgicale en deuxième intention.

Les formes digitales ne sont pas une contre-indication pour des praticiens expérimentés ayant une bonne connaissance de l'anatomie de la main.

Nous avons récemment montré que la reprise des récidives après aponévrectomie chirurgicale était également possible avec des résultats encourageants.

 

SUITE







En revanche, il convient de confier directement au chirurgien les formes post-algodystrophiques, les formes très évolutives, les cordes larges recouvertes de peau adhérente et les cicatrices rétractiles.

Malheureusement pour les patients, ces contre-indications du traitement médical sont de mauvais cas chirurgicaux.

Au total, seules 10 à 15% des Maladies de Dupuytren relèvent de la chirurgie, la grande majorité des doigts étant susceptibles d'être redressés par une à trois séances d'aponévrotomie à l'aiguille.


Retour au Sommaire.